Comment Fabriquer un Attrape-Rêve ?

Comment Fabriquer un Attrape-Rêve ?

Les Amérindiens (consultez notre article sur les tribus les plus connues d’Amérique du Nord) croyaient que l'air de la nuit était rempli de rêves bons ou mauvais. Les attrape-rêves étaient censés capturer et piéger les mauvais rêves, tout en permettant aux bons de passer à travers leurs motifs en toile d'araignée, et alors, de diffuser dans l’esprit de l’enfant qui dormait juste au-dessous. 

De nos jours, les attrape-rêves existent sous de nombreuses formes et dimensions, ils constituent un choix de décoration de chambre à coucher de plus en plus populaire ! 

Si vous êtes décidé.e à augmenter vos chances de faire de beaux rêves, ou si tout simplement vous trouvez cela beau et que vous aimez les loisirs créatifs, pourquoi ne pas apprendre à fabriquer un attrape-rêve en suivant nos instructions pas à pas, ci-dessous ? 

 

Aucunement besoin d’être un grand bricoleur pour concevoir un Attrape-Rêve !

Voici un exemple de kit nécessaire à la confection d’un attrape-rêve : 

  • Un cerceau en métal ou en bambou (de la forme que vous souhaitez)
  • De la laine épaisse et solide (de plusieurs couleurs selon vos désirs)
  • De la corde ou fil à broder
  • Des perles (En bois, verre, plastique ou métal)
  • Des breloques (Ça peut être des coquillages)
  • Des plumes
  • Des rubans
  • Des lanières (En cuir ou en imitation cuir) 

Les 3 étapes de fabrication :

Un attrape-rêve se fabrique normalement en suivant trois étapes fondamentales, tout commence avec le cerceau, structure centrale à partir de laquelle deux types d’ornementations sont traditionnellement possibles, elles représentent les deux étapes suivantes, il s’agit de l’intérieur du cerceau et de ce que vous allez y attacher, dans ce qui deviendra alors la partie basse du capteur de rêve.

Ces deux espaces d’ornementations ont permis toutes sortes de variations, c’est là que pourra s’exprimer votre créativité à son maximum. 

 

  • 1er Étape : le cerceau

Choisissez tout d’abord un cerceau, en métal ou en bois selon votre goût et votre humeur.

Vous avez le choix, soit le laisser au naturel, soit le recouvrir de cuir, de daim, de velours, de papier crépon, de ruban ou de laine, enfin vous pouvez l’enduire de colle est y apposer des mini perles, toute une variété de fantaisies de couleurs, d’or ou d’argent, ou même de plumes.

Si vous décidez de le recouvrir avec tout ce qui peut s’apparenter à du tissu :

. Commencez par faire un premier nœud au Nord du cerceau.
. Puis entourer le cercle jusqu’à faire complétement le tour.
. Ensuite rejoignez le Nord en faisant un deuxième nœud avec le bout de ruban qui vous a servi à faire le tour et celui qui débordait du premier nœud.

Si le nœud ne vous satisfait pas, utilisez la colle forte, si vous n’aimez pas ces colles, utilisez une petite épingle à couture (choisissez-la décorée si vous voulez l’inclure dans votre composition globale).

Si vous ne voulez pas le recouvrir de ruban, alors sautez l’étape précédente et passez directement à la deuxième.

  • 2ème Étape : Tissage de la toile d’araignée

Prenez une bonne longueur de corde(lette), de laine, ou de fil en nylon ou à broder (2/3mètres).

Placez votre cerceau sur une feuille de papier, et marquer le papier et votre cerceau au Nord et Sud, à l’Est et l’Ouest, Nord-Ouest, Nord-est, Sud-Est, Sud-Ouest, cela vous fera 8 points en tout.

. Commencez par nouer une extrémité au cerceau à l’un des 8 points, disons le Nord en veillant bien à laisser une bonne longueur de fil pour vous permettre d’accrocher votre attrape-rêve.
. Ensuite, allez au Nord Est, passer le fil au-dessus du cerceau puis par-dessous, en veillant bien à ce que votre fil disponible passe sur le fil tendu à partir du point précédent, de façon à faire une boucle.
. Suivez ce schéma en suivant le sens des aiguilles d’une montre jusqu’au Nord
. Vous reproduirez votre tour du monde en faisant ces boucles cette fois-ci au milieu des fils tendus.
. Et ceci en cercles concentriques jusqu’à ce que vous parveniez au cœur du cerceau.
. Une fois au cœur, passez le fil restant à toutes les boucles de la dernière série, afin de redoubler le tissage, couper le reste de fil, mais laissez-en assez pour fermer votre tamis avec un petit nœud (fermer en plaçant avant l’ultime nœud une perle, un pendentif en pierre, clôturera votre tamis de façon bien plus élégante).
. Attention !!!! Si vous voulez insérer des perles, ce qui est fortement conseillé, faites-le lors du passage à une autre boucle, puis faite votre boucle. La perle naviguera sur l’étendu du fil sur lequel vous aurez choisi de la mettre.

Il s’agit là du tissage basique, une fois que vous aurez maîtrisé celui-ci, vous pourrez alors vous orienter vers des tissages plus complexes, mais chaque chose en son temps, il convient de s’initier pour commencer ! 

Il faut entre 10 et 20 minutes pour réaliser cela, selon votre dextérité, la taille du cerceau, la nature du fil, et la quantité de perles. 

 

  • 3ème étape : les ornements 

Maintenant que vous avez terminé le tissage vous pouvez passer à la mise en valeur de votre attrape-rêve grâce aux rubans normaux ou en dentelle, plumes, cordes, etc. l’idée est de construire au Sud de votre cerceau une série de nœuds en tête d’alouette avec des rubans pour la version la plus basique.

Version basique avec rubans et cordes :

Commençons par la corde ou le ruban, procurez-vous un ciseau pour couper des morceaux de 25cm chacun.

Faite avec ce morceau, au Sud du cerceau, un nœud en tête d’alouette, et répétez cette opération en agençant les rubans ou/et cordes comme vous l’entendez.

Version avec plumes et perles :

Il est tout à fait possible de vous procurez des plumes lors de vos balades en nature, cela permettra d’accentuer l’authenticité de votre Attrape-rêve !

Dans d’autres cas il existe de nombreuses sortes de plumes que vous pouvez acheter sur internet ou dans votre magasin de loisirs créatifs.

Jetez un œil à notre blog sur les différents types de plumes pour vous donnez des idées ou par curiosité.

. Attachez un bout de corde, de ficelle, ou de fil au Sud du cerceau avec un nœud en tête d’alouette.
. Enfilez une perle en buté contre le cerceau en faisant un nœud d’arrêt en-dessous pour qu’elle ne glisse pas.
. Selon la longueur de votre ficelle (qui sera double à cause du nœud en tête d’alouette), comptez une distance telle que vous puissiez faire un nouveau nœud d’arrêt afin que la nouvelle perle que vous allez enfiler ne glisse pas jusqu’à la première, puis faite un nœud d’arrêt en-dessous de votre perle comme vous aviez fait pour la première. Continuez ce schéma en fonction de la longueur de votre ficelle.
. Parvenu vers à la fin de la corde, fixez une ultime perle en faisant deux nœuds d’arrêt, et logez dans son opercule la pointe d’une plume.
. Recommencez ces étapes aux points Sud-Ouest et Sud-Est.
. Sachez que vous pouvez bien entendu démultiplier les points d’ancrage de vos cordes, et en insérez entre Sud et Sud-Est et Sud et Sud-Ouest, cela dépend de la taille de votre cerceau.
. Enfin, vous pouvez aussi démultiplier les insertions de plumes à chaque endroit où vous enfilez une ou des perles. N’hésitez pas à mettre un peu de colle pour vous assurer que la ou le plumes ne tombent pas.

Inventivité : laissez vous aller, les plumes et les perles ne sont pas les seuls choses que vous pouvez enfiler, coller, attacher, insérez, que pensez-vous d’un petit cœur, d’une médaille, d’une boule de Noël, l’exercice devient vite illimité quand on ne s’en tient plus à la tradition.

Astuce : pour celles et ceux qui n’ont pas d’ongles, utilisez une aiguille pour faciliter l’enfilage de vos fils et ficelles et cordes dans la ou les perles. 

Conclusion :

Fabriquer un attrape-rêve une fois la première fois passée devient vite une expérience créatrice où la personnalisation est reine.

Le tissage peut certes rebuté par sa dimension fastidieuse et son temps de réalisation mais l’opération en elle-même est moins compliqué qu’elle n’en a l’air, les peuples d’Amérique du Nord qui l’on mis au point étaient des nomades, il n’était pas dans leurs pratiques de confectionner des objets inutilement compliqués. L’attrape-rêve est justement un modèle d’efficacité, de variabilité à partir d’une base génialement simple.

S’il fascine autant, c’est parce que tout le monde peut en faire, parce que tout le monde peut en apprécier la confection, et parce que tout le monde est sensible à son charme, de là à y mettre un soupçon de magie, c’est à vous de voir.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.