TOP 10 DES PLUS BELLES PLUMES D'OISEAUX

Publié par Les 5 Mousquetaires le

TOP 10 DES PLUS BELLES PLUMES D'OISEAUX

Qui ne sait déjà retrouvé en extase devant la beauté d’une plume d’oiseau, que ce soit les coloris spectaculaires ou les panaches, la forme, la longueur, le monde des oiseaux est un enchantement pour nos yeux quand il s’agit de parler de la diversité des plumages. Qui ne s’est pas amusé un jour à ramasser une plume pour la déposer sur sa table d’enfant, depuis la nuit des temps l’humanité s’inspire des plumes ou les utilise pour constituer des parures qui rivalisent de splendeur avec les oiseaux eux-mêmes.

Nous avons eu le plaisir de pratiquer un classement des plus belles plumes que nous rencontrons dans nos vies quotidiennes. Et vous risquez peut-être d’être surpris par certaines….

 

  1. La plume de Paon

Commençons par la plus emblématique, la plume du paon, emblème de la déesse Héra, fleur vivante des jardins de Versailles. La plume de la queue des mâles, dont les biologistes se sont longtemps demandés si elle ne représentait pas un désavantage certain contre les prédateurs (imaginez-vous vos mâles avec de longues et lourdes tresses descendant jusqu’aux pieds et trainant par terre…), cette plume est souvent la plus appréciée des amateurs. Ses dorures, ses argentures, ses moires, son œil mystérieux, et la puissance orgueilleuse de sa facture, en font un bijou plus qu’une plume, un véritable charme dans tous les sens du terme...

Plume de Paon

 

 2. La plume d’autruche

Le panache blanc de l’autruche mâle est un autre grand classique de la décoration, de la mode, de l’héraldique, et de l’imaginaire autour du mariage. Sa blancheur mêlée d’élégance et de grandeur en font un des accessoires les plus prisés de ceux qui ne reculent pas devant la mise en spectacle des plus grands évènements de leur vie. Ses barbes souples et longues lui donnent cette élégance qui accompagne le mouvement avec grâce tout en lui donnant une impression de légèreté ; quant à son soyeux, il est irrésistible de ne pas succomber à la tentation de la caresser en douce.

Plume d'Autruche

  3. La plume de geai

Vous avez peut-être eu la chance dans votre vie d’une rencontre au détour d’une balade en forêt avec une petite plume bleue azure striée de noir. Le geai des chênes, qui est de la famille de la pie et du corbeau, possède un des plus beaux plumages des forêts occidentales.  De toutes ses plumes, la bleue est la plus connue, bien qu’assez rare, surtout maintenant que les chasseurs ne les tuent plus (généralement pour ces seuls plumes), votre seule chance d’en avoir est à la faveur du hasard. On n’élève pas cet oiseau en captivité, mais, de toute façon, sa plume est trop petite pour la décoration et peut-être trop audacieuse pour être portée en bijou, bien qu’elle occupât longtemps la broche des veneurs.

 

Plume de Geai

 

 4. La plume du Ara

Un classement sur les plumes sans évoquer le perroquet est impensable, celui qui fut le plus utilisé en Europe, car le perroquet en générale fait partie intégrante de l’art de la parure de tous les peuples sans écritures des forêts équatoriales, c’est le Ara, dont il existe un très grand nombre d’espèces. Les Plus emblématiques étant l’ara rouge, l’ara bleu, et l’ara vert, vous en avez tous vu au moins un lors de vos expédition dans un des zoos de votre enfance. Évidemment menacé, ce perroquet d’Amérique du sud est la définition de l’oiseau exotique, des rêves de tropiques, de trésors, et toutes les folies que la littérature et le cinéma ont pu inoculer dans le cerveau des occidentaux depuis qu’il leur est venu à l’esprit de prendre la mer pour découvrir un autre accès vers les Indes…

Plume de Ara

 

 5. La plume du Colvert

Choisir un canard parmi tous ceux qui ont fourni des plumes pour la parure des Hommes est un casse-tête, quand vous évoquez le Mandarin, il semblerait que toutes les plumes puissent être choisies, mais nous en avons un en Europe dont la livrée fait rêver tous les amateurs de parc et de lac, c’est le colvert. Les plumes que le mâle adulte porte de la tête au cou sont d’un vert profond, électrique, bouteille, de ces verts de Toulouse Lautrec, comme un velours. Le colvert n’a peut-être pas tant était utilisé pour parer les chapeaux de dame que pour faire comme un bijou dans l’étang d’une comtesse, il n’empêche que nous ne pouvons faire un classement des plus belles plumes sans l’évoquer.

Plume Canard Colvert

 

 6. La plume du Quetzal 

La queue du Quetzal resplendissant est peut-être moins riche que celle du paon, moins panachée que celle de l’autruche, mais cette longue plume verte est une des plus parfaite, des plus épurées qui soit parmi les grandes plumes. « Quetzal » signifie d’ailleurs en nahuatl, la langue des peuples mexicains avant que les européens ne s’emparent de leurs terres : « grande plume verte ». Longue, fine, avec une courbure qui semble comme une de ces coquetteries de la nature qu’on ne s’explique que par le désir que l’on a tous parfois de sortir de la discipline qui assure notre quotidien, effilée, rare et d’une couleur verte entre le turquoise, l’amazonite et la malachite, elle contribuait à la confection des représentations de Quetzacoalt un dieu du panthéon Aztèque qui s’approcherait de notre Prométhée.

Plume Quetzal

7. La plume de faisan

Des trois espèces de faisan les plus connues, nous avons choisi le « Vénéré », dont les plumes sont utilisées encore aujourd’hui grâce à l’élevage : les anglais les utilisent pour orner leurs parcs comme d’autres utilise le paon. Le mâle possède une diversité de plumes sur son corps telles que bordées de noir et mordorées, dorées, fauves, brunes ou rousses, toutes très prisées dans la confection des boucles d’oreilles ou des colliers que la mode bohème affectionne tant. On fait peu de parure en Occident de nos jours avec les longues plumes de la queue du faisan ; à moins de vouloir provoquer le rire, pourtant elles sont encore en bonne place dans l’imaginaire de la plume, et les séries qui désirent reconstituer une époque dans ses audaces vestimentaires recourra encore à ces longues plumes blanches zébrées de noir.

 Plume Faisan Vénéré 

 

  8. La plume de perdrix

La perdrix rouge est un de ces oiseaux, bien que de plus en plus rare, qui peuplaient nos campagnes et dont le plumage est un des plus riches d’Occident. Oiseaux endurant des plaines et des garrigues, voir des territoires semi-désertiques, on disait dans l’antiquité qu’il avait deux cœurs… le mâle, on sait tous que le règne animal fait du mâle le plus féminin des deux parties du couple, possède des plumes sur ses flancs qui sont d’un gris bleu clair comme lors de ces jours d’orage où les nuages virent au violet, et dont la pointe est faite d’un liseré blanc et d’un autre rouille. La disposition de ces plumes sur l’oiseau provoque un effet hypnotique qui va au de-là des coloris, peut-être est-ce à cela qu’il doit de séduire sa compagne sur un de ses rivaux.

Plume Perdrix Rouge

 

9. La plume de pintade

Vous mangez de la pintade, cela doit bien vous arriver parfois, et comme souvent à notre époque bien trop déconnectée de tout, vous ne savez peut-être pas à quoi ressemble une pintade. Le plumage de la pintade est gris-noir, à ceci près qu’à l’image du Diamant Mandarin (le petit oiseau) la quasi-totalité de ses plumes sont mouchetées de blanc. Nous parlions d’hypnose avec la perdrix, là, ça peut carrément devenir psychédélique. La pintade tout comme le faisan et la perdrix fournit une quantité importante des plumes avec lesquels les décorateurs composent leurs créations. La pintade n’a pas la tête la plus charmante des oiseaux, on en a même fait une insulte, pourtant à ne regarder que ses plumes, il faut bien constater qu’elle a su compenser par-là la disgrâce d’une figure peu aguichante.

Plume de Pintade

 10. La plume du Loriot

Connaissez-vous le Loriot ? Son ramage oui peut-être, le mâle est un des plus beaux chanteurs des jardins d’Europe, quant à son plumage, il est magnifique, le Loriot est jaune, d’un jaune vif, jaune d’œuf, de ces citrons de Sicile qui sont comme des boules d’or dans le feuillage vert des villas. Il fallait bien choisir, vous connaissez le martin-pêcheur, le pic-vert, la Huppe, le chardonneret, le rollier, le guêpier, mais le loriot c’est plus rare, il est si discret qu’il faut être d’une prudence et d’une patience extraordinaire pour le voir. Sa plume est encore plus rare à trouver que celle du geai, et n’espérez pas l’élever, il est loin d’être une pintade… un oiseau jaune comme un perroquet vit près de chez vous et vous ne le saviez pas…

 

Loriot d'Europe

Un classement n’est jamais une prétention à la vérité, c’est avant un outil, on l’utilise pour s’orienter, pour s’énerver, pour stimuler son esprit et faire l’effort soi-même de classer, un classement engage des contraintes, des partis pris, nous espérons que celui-ci vous aura fait rêver, car c’était avant tout notre objectif de l’écrire peut-être avec notre plus belle plume...

Vous pouvez retrouver certaines de ces superbes plumes dans notre collection d'Attrape-Rêve ! Par exemple, pour les plumes de faisan : 

Attrape-Rêve Américain

Attrape-Rêve Plumes de Paon

Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.